La révolution espagnole de 1936 dans Pas pleurer de Lydie Salvayre
Articles
Corinne Grenouillet
Faculté des Lettres
Published 2018-12-28
https://doi.org/10.15388/Literatura.2018.10
PDF

Keywords

Lydie Salvayre
french contemporary novel
memory
history
spanish war

How to Cite

Grenouillet C. (2018) “La révolution espagnole de 1936 dans Pas pleurer de Lydie Salvayre”, Literatūra, 60(4), pp. 34-46. doi: 10.15388/Literatura.2018.10.

Abstract

[full article and abstract in French; abstract in English and Lithuan

Pas pleurer de Lydie Salvayre (2014) s’inscrit dans un des sous-genre les plus proli- fiques de la littérature française contemporaine, le récit de filiation, qui se présente comme une en- quête sur un ascendant (Viart 2005 et 2009). Par le biais des souvenirs de la guerre d’Espagne que lui raconte sa mère âgée de quatre-vingt dix ans et la lecture simultanée des Grands cimetières sous la lune de Georges Bernanos (1938), Lydie Salvayre qui intervient dans le livre à la première personne, propose une réflexion complexe sur un pan de l’histoire européenne : la Révolution liber- taire espagnole de l’été 1936. Cette dernière est restituée à travers les souvenirs fragmentaires d’un témoin oublieux : la mère, et par le dialogue instauré entre cette dernière et sa fille écrivain. Aux cô- tés de l’histoire du frère assassiné, l’intertexte bernanosien contrebalance, par le témoignage des atrocités perpétrées par les Franquistes sur l’île de Majorque, la mémoire éblouie et sélective d’une femme qui a tout oublié des années qui ont suivi 1936. Nous montrerons que ce roman, manifes- tant une résistance concertée à la nostalgie, propose une réflexion sur le caractère émancipateur de la Révolution libertaire espagnole, et que le traitement littéraire de celle-ci autorise un parallèle avec Mai 1968. Ce roman a une autre portée mémorielle, celui d’inscrire l’histoire espagnole dans la mémoire nationale des Français.

Summary

Pas Pleurer by Lydie Salvayre (Ed. Seuil, 2014) belongs to one of the most prolific sub-genres of contemporary French literature, the narrative of filiation, which presents itself as an inquiry into an ascendant. These are remembrances of a woman who lived a horrifying event – in the sense of the French historian Pierre nora – an event that opens an unprecedented and radically new breach in present day thoughts. Through the memories of the Spanish war told to her by her ninety-year-old mother and the simultaneous reading of A Diary of My Times (Les Grands Cimetières Sous La Lune) by novelist Georg- es Bernanos (1938), Lydie Salvayre offers a com- plex reflection on one aspect of European history: the Spanish libertarian Revolution of the summer of

1936. The latter is recounted through the fragmen- tary memories of a forgetful witness: the mother, and by the dialogue established between her and her daughter-writer. Alongside the story of the murdered brother, the Bernanosian inter-text counterbalances, throughout the testimony of the atrocities perpetrat- ed by the Franquists on the island of Majorca, the dazzled and selective memory of a woman who had forgotten all the years that followed 1936. We show that this novel, which inscribes the memory of Span- ish history into the national memory of the French, proposes the praise of an emancipatory moment, by which the author seems to take indirect position in the re-evaluation of which the years 1968 are cur- rently the object

PDF

References

Asensio, Juan. 2015. Pas pleurer de Lydie Sal- vayre, Le Goncourt de la vulgarité. Stalker, dis- section du cadavre de la littérature [ISSn : 2425- 8784]. En ligne : < http://www.juanasensio.com/ archive/2016/09/10/pas-pleurer-de-lydie-salvayre-le- goncourt-de-la-vulgarite.html#more >. Page consul- tée le 1er janvier 2017.
Barthes, Roland. 1968. L'écriture de l'événe- ment, Communications 12.
Becerra Mayor, David. 2015. La Guerra civil como modo literaria. Madrid : Clave Intelectual.
Bernanos, Georges. 1971. Les Grands cimetières sous la lune (éd. Jacques chabot), in essais et écrits de combat I, Paris : Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade. Chiapello, éve & Boltanski, Luc. 1998. Le Nou-
Godicheau, François. 2015. La guerre civile espagnole, enjeux historiographiques et patrimoine politique. Vingtième Siècle. Revue d'histoire 3(127). Grandes, Almudena. 2007. el Corazon helado. Barcelona : Tusquets ed.
Grosjean, Marianne. 2014. Lydie Salvayre remporte le prix Goncourt pour Pas pleurer, in- terview de Lydie Salvayre, La Tribune de Genève, 5 novembre 2014. En ligne : < http://www.tdg.ch/ culture/lydie-salvayre-injecte-joie-libertaire-hor- reur-franquiste/story/25099586 >. Page consultée le 27 septembre 2016.
Houellebecq, Michel. 1998. Les Particules élé- mentaires. Paris : Flammarion.
Lindenberg, Daniel. 2002. Le Rappel à l'ordre : enquête sur les nouveaux réactionnaires. Paris : Seuil. nora, Pierre. 1972. L'événement monstre. Com-munications 18, 162–172.
Orwell, Georges. 2000. Hommage à la Cata- logne (1936–1937), traduit de l'anglais par Y. Davet. Paris : 10/18.
Richard, élodie & Worms, Charlotte. 2015. Tran- sition historiographique ? Retour sur quatre-vingt ans d'histoire de l'Espagne, de la Seconde République à la transition. Vingtième Siècle. Revue d'histoire 3(127).
Rivas, Manuel. 1998. Le Crayon du charpentier, traduit de l'espagnol par Serge Mestre. Paris : Galli- mard.
Rivas, Manuel. 2003. La Langue des papillons et autres nouvelles, traduit de l'espagnol par Serge mestre. Paris : gallimard.
Rivas, manuel. 2008. L'Éclat dans l'abîme, tra- duit de l'espagnol par Serge Mestre. Paris : Gallimard. Salvayre, Lydie. 1993. La Médaille. Paris : Seuil.
Salvayre, Lydie.1995. La Puissance des mouches. Paris : Seuil.
Salvayre, Lydie. 2003. Passage à l'ennemie. Pa- ris : Seuil.
Salvayre, Lydie. 2011. Hymne. Paris : Seuil.
Salvayre, Lydie. 2013. 7 femmes. Paris : Perrin.
Salvayre, Lydie. 2007. Portrait de l'écrivain en animal domestique. Paris : Seuil.
Salvayre, Lydie. 2014. Pas pleurer. Paris : Seuil, Points.
Viart, Dominique. 2005. Récits de filiation. La Littérature française au présent. Dominique Viart & Bruno Vercier. Paris : Bordas, 77–78.
Viart, Dominique. 2009. Le silence des pères au principe du récit de fi études françaises 45(3). Les Presses Universitaires de Montréal, 95–112. En ligne: < http://id.erudit.org/iderudit/038860ar >. Page consultée le 15 juin 2017.
Creative Commons License

This work is licensed under a Creative Commons Attribution 4.0 International License.

Please read the Copyright Notice in Journal Policy