LA SALLE DE BAIN DE JEAN-PHILIPPE TOUSSAINT COMME LE ROMAN MINIMALISTE
-
Vytautas Bikulčius
Published 2012-01-01
https://doi.org/10.15388/Litera.2012.4.2481
PDF

How to Cite

Bikulčius V. (2012) “LA SALLE DE BAIN DE JEAN-PHILIPPE TOUSSAINT COMME LE ROMAN MINIMALISTE”, Literatūra, 54(4), pp. 47-57. doi: 10.15388/Litera.2012.4.2481.

Abstract

Le roman minimaliste français qui provient du „nouveau roman“ commence son histoire à partir de 1979 (quand a apparu le roman Le méridien de Greenwich de J. Echenoz). Il évolue dans deux sens: la direction de la forme (J.-P. Toussaint, Ch. Gailly, Ch. Oster) et la direction du sens (J. Echenoz, F. Bon, M. Redonnet).
Le roman La salle de bain de J.-P. Toussaint est fondé tout d’abord sur les traits formels de l’oeuvre. La base du roman devient le théorème de Pythagore qui organise la composition de l‘oeuvre. La deuxième partie du roman L’hypoténuse où l’on raconte les aventures du protagoniste à Venise qui sont antérieures au plan principal de l’action du roman devient une partie qui traverse les deux autres du roman en les liant dans le tout de l’oeuvre.
Les choses jouent un rôle extraordinaire dans le roman. D’une part les choses remplacent des gens. D’autre part les choses peuvent surprendre le lecteur quand elles apparaissent dans le milieu inhabitué. Enfin les choses peuvent jouer le rôle symbolique.
La narrativité dans le roman est liée avec la division du texte du roman en petits alinéas qui pour le narrateur du roman rappellent les gouttes de la pluie. Alors on peut lire le roman de deux manières: on peut lire un alinéa comme une partie indépendante et voir le déroulement de l‘histoire du roman derrière ces alinéas. En même temps on voit les conduites du protagoniste qui ne correspondent pas à la logique et qui déçoivent les attentes du lecteur. 

PDF

Please read the Copyright Notice in Journal Policy

Most read articles by the same author(s)

1 2 > >>