Istorijos teatras: Filosofijos ir Istorijos pokalbis Teofilakto Simokato Istorijos įžangoje
Articles
Tatjana Aleknienė
Published 2015-01-01
https://doi.org/10.15388/Litera.2004.3.8183
PDF

How to Cite

Aleknienė T. (2015) “Istorijos teatras: Filosofijos ir Istorijos pokalbis Teofilakto Simokato Istorijos įžangoje”, Literatūra, 46(3), pp. 23-40. doi: 10.15388/Litera.2004.3.8183.

Abstract

L’article est consacré au dialogue introductif de l’Histoire de Théophylacte Simocatta, qui est, sous forme de conversation directe, unique dans toute la tradition de l’historiographie grecque. Nous étudions la place, que ce morceau dramatique occupe dans la riche tradition des préfaces des ouvrages historiques grecs, les rapports qu’elle a avec la Préface de la forme classique du même ouvrage de Théophylacte, ainsi que les traits caractéristiques du contexte de l’æuvre de notre auteur. Nous observons, que la préface de l’æuvre historiographique d’Agathias pouvait fournir plusieurs éléments pour le sujet exploité par le Dialogue de la Philosophie avec l’Histoire. Cependant, c’est la prédilection de Theophylacte lui-même pour la mise en scène dramatique d’une æuvre littéraire, qui est surtout responsable pour le choix d’une forme inhabituelle de la présentation de l’Histoire.

La prosopopoiïa introductive permet à l’auteur, un grand amateur des énigmes et des périphrases, de s’exprimer sur sa biographie et sur ses préférences dans le domaine des sciences humaines, comme les auteurs des Histoires anciennes le font souvent, d’une manière indirecte, et, aussi, de créer un éloge très solennel du nouveau souverain et d’anathématiser par la bouche de la Philosophie et de l’Histoire ellesmêmes son prédécesseur maudit. Nous essayons de montrer que la mise en forme dramatique de l’introduction sert non seulement efficacement les besoins de la propagande impériale, mais qu’elle permet à l’auteur d’exprimer son attachement à la vieille tradition de la littérature attique, notamment celle des dialogues platoniciens. Cependent, c’est en rhétoricien qu’il s’inspire de ces textes. C’est aussi un rhétoricien, bien qu’amateur de la philosophie, qui dépeint les relations entre Philosophie et Histoire et consacre un éloge (la Préface) à la puissance éducatrice et psychagogique d’Histoire. La situation de dialogue, quoique très rhétorique, entre la Philosophie et l’Histoire mérite par elle-même une certaine attention; nous proposons quelques remarques sur la nature et la généalogie de cette fiction littéraire inédite.

Pour mieux assurer notre analyse de ce texte, nous présentons la première traduction lituanienne et un commentaire du Dialogue et de la Préface qui le suit dans l’ouvrage de Théophylacte.

PDF

Please read the Copyright Notice in Journal Policy